0

Libérez le FMI

BRUXELLES – Le Fond monétaire international est à nouveau sur le devant de la scène. Durant les années de bulle spéculative, personne n’avait semble-t-il besoin de ses conseils ni de son argent. Mais de plus en plus de pays ont désormais besoin de son aide pour équilibrer la balance des paiements. Tout le monde semble s’accorder sur le fait qu’il faut une institution pour surveiller la stabilité générale du système monétaire mondial. Le FMI est le seul candidat, mais l’expérience montre qu’il ne peut incarner ce rôle que si sa gouvernance est réformée.

Offrir d’équilibrer la balance des paiements n’est pas sans implications fiscales importantes. Aussi, il est naturel que ceux qui finissent par fournir les capitaux – les pays membres – continuent de surveiller de près le procédé.

Mais rechercher la stabilité du système financier mondial, y compris l’examen des moyens d’élaboration de taux d’échange et des déséquilibres de paiements dans le monde est une autre responsabilité. Pour ces tâches analytiques, nul besoin de close surveillance. Au contraire, l’indépendance et la maîtrise professionnelles devraient être décisives. Ainsi, un changement clé serait de distinguer les mesures économiques du FMI de ses fonctions analytiques, surtout en ce qui concerne la surveillance des taux d’échange et d’autres sources de risques financiers dans le monde.

Le conseil d'administration du FMI, qui se compose exclusivement de représentants des états membres, gère actuellement toutes les tâches quotidiennes. Ce conseil ne remplit pas de tâches de surveillance. Plutôt, il sert de conseil de direction supplémentaire, qui délègue l’exécution de ses décisions au directeur général et au personnel.