Il faut restreindre le droit de veto au Conseil de sécurité

PARIS – En 2001 la France avait proposé que les 5 membres permanents du Conseil de sécurité (P5) s'abstiennent volontairement de recourir à leur droit de veto en ce qui concerne les atrocités de masse. A l'approche du 70° anniversaire de l'ONU, le gouvernement du président Hollande relance cette idée. Mais est-elle applicable ?

La première réponse prévisible est d'en exclure l'éventualité. Selon l'expression très remarquée de Ben Chifley, Premier ministre australien à l'issue de la Deuxième Guerre mondiale, "le problème des accords entre gentlemen est qu'il n'y a pas suffisamment de gentlemen sanguinaires".

Il est difficile de croire que la Russie et la Chine notamment feraient preuve de la moindre souplesse. La Russie a utilisé plus de 100 fois son droit de veto depuis 1946 (et malheureusement 4 fois depuis 2011) pour bloquer des résolutions destinées à arrêter le carnage en Syrie.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/6ONE67A/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.