Bombarder au nom de la morale ?

NEW YORK – L’éloquence a toujours été l’un des principaux atouts du président américain Barack Obama. Il semble pourtant aujourd’hui que ses propos l’aient acculé dans un piège.

Après avoir dit en mars dernier que les Etats-Unis « ne toléreraient pas l’utilisation d’armes chimiques contre le peuple syrien » et mentionné l’an dernier une « ligne rouge » qui ne devait pas être franchie, Obama perdra la face s’il ne réagit pas énergiquement au meurtre, attribué au régime syrien, de plus de 1000 civils au moyen de gaz sarin. Bien évidemment, le risque de perdre la face n’est pas une raison valable pour attaquer un autre pays.

Mais pourquoi donc Obama s’est-il enferré avec une telle rhétorique en premier lieu ? Pourquoi cette ligne particulière ? Le secrétaire d’État américain John Kerry a raison de qualifier l’utilisation de gaz « d’obscénité morale ». Mais torturer des enfants, prémices de la guerre civile il y a deux ans, l’est tout autant. Et tuer des civils avec des produits chimiques est-il moralement plus obscène que les bombarder, leur tirer dessus ou les faire mourir de faim ?

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/4d0o0xk/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.