La rupture secrète de Sarkozy

PARIS – Il y a un an, pendant sa campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy promettait une “rupture” avec le passé. Pour l’instant, rares sont les Français à voir la sorte de rupture promise par Sarkozy. Mais ils auraient tort de penser que rien n’a changé pendant la première année de sa présidence. Sarkozy a, en fait, créé la rupture, bien que dans un domaine inattendu : celui du consensus en politique étrangère qui prévalait depuis l’époque de Charles de Gaulle.

Naturellement, il est encore impossible pour l’instant d’évaluer avec précision les répercussions stratégiques à long terme de la décision de Sarkozy de réintégrer la France dans le commandement militaire de l’Otan, et de renforcer l’implication de l’armée française dans l’engagement hors opérations militaires de l’Otan - une première - en Afghanistan. L’implication de ces décisions est claire : la France de Sarkozy est revenue au cœur de l’Alliance atlantique.

Bien que cela puisse paraître banal hors de France, cette révolution dans le domaine de la politique étrangère a déclenché une farouche opposition sur le territoire national. En effet, tous les partis de gauche dénoncent la rupture de Sarkozy avec l’héritage militaire et diplomatique de la Ve République.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/uid8rDe/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.