La marionnette rebelle de Moscou

MOSCOU – Ramzan Kadyrov, le président de la Tchétchénie, a récemment proposé à Akhmed Zakaïev, le leader de l’opposition nationaliste tchétchène, relativement modérée, de revenir en Tchétchénie. Kadyrov a promis l’amnistie à Zakaïev et divers postes allant de directeur du théâtre de Grozny à ministre de la Culture.

Zakaïev semblait prêt à accepter cette proposition. Sa position au sein de l’opposition nationaliste était faible. Il semblait n’y avoir que peu, ou pas, de combattants en Tchétchénie qui le reconnaissent comme commandant et sa récente tentative de créer une unité de combattants placée sous son commandement direct s’est soldée par un échec.

En même temps, Zakaïev a maintenu des relations relativement amicales avec Kadyrov, dont il reconnaît implicitement les réalisations, et notamment d’avoir fait de la Tchétchénie un pays pratiquement indépendant. Le Kremlin n’aurait pas été opposé à cet arrangement.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/z9fEj1D/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.