0

Medvedev et le nihilisme juridique en Russie

MOSCOU –  Le colonel Iouri Boudanov a été condamné pour le viol et le meurtre d'une Tchétchène de 18 ans, Elsa Kungayeva. Après avoir passé la moitié de sa peine de prison, il a été libéré en décembre dernier.

Svetlana Bakhmina était une avocate de Yukos, la compagnie pétrolière qui appartenait à Mikhail Khodorkovsky. Elle a été arrêtée en 2004 et condamnée en 2006 à six ans et demi de prison pour escroquerie et fraude fiscale. Comme Boudanov, elle a fait une demande de libération anticipée en 2008. Sa demande a été rejetée, de même que sa requête de surseoir à sa peine jusqu'à ce que ses deux jeunes fils atteignent l'âge de 14 ans – une requête parfaitement conforme à la législation russe.

Vasily Aleksanyan était vice-président exécutif de Yukos, mais également avocat. A ce titre il a assuré la défense de Khodorkovsky et de son partenaire Platon Lebedev après leur arrestation en 2003. Par la suite, il a été rayé du barreau et lui-même arrêté en avril 2006. Il était gravement atteint du sida et n'a pu continuer à se soigner. En décembre 2008, le tribunal municipal de Moscou a accepté sa mise en liberté sous caution pour un montant de 50 millions de roubles (ce qui représentait 1,775 millions de dollars à ce moment là).

Enfin, considérons le cas de Khodorkovsky et de Lebedev. Arrêtés en 2003, ils ont été condamnés en 2005 à huit ans de prison pour fraude fiscale. Ils purgent leur peine à Chita, à la frontière chinoise. Pourtant, selon la loi russe, du fait de la nature des crimes qui leur étaient reprochés, ils avaient droit d'être incarcérés à proximité de leur domicile, autrement dit à Moscou ou aux environs.