La Russie en feu

MOSCOU – Depuis plus d’un mois, Moscou étouffe sous un smog sombre et âcre, qui pique les yeux, avec des températures avoisinant les 40°. Les niveaux de monoxyde de carbone dépassent régulièrement le seuil d’alerte pour atteindre des concentrations six fois supérieures à la normale. Les autres particules toxiques dans l’air de Moscou atteignent, elles, jusqu’à neuf fois le niveau normal.

Début août, un journaliste a appelé le bureau du maire de Moscou pour obtenir des commentaires sur la situation. « Le bureau est fermé » lui répondit une employée du bureau de presse, ajoutant que puisque le smog avait envahi la mairie, située à moins de trois kilomètres du Kremlin, tous les employés avaient été invités à rester chez eux. C’était un jour de semaine, peu après midi. « Est-il possible d’avoir le moindre commentaire du maire Iouri Loujkov ? » insista le journaliste. « Il n’est pas à Moscou » répliqua l’employée.

Il semblerait en fait que l’attachée de presse du maire ait dit aux journalistes qu’il n’y avait aucune raison pour que le maire revienne à Moscou. « Pourquoi devrait-il revenir ? » a-t-elle demandé. « Y a-t-il une crise à Moscou ? Non, il n’y en a pas ».

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/ZNX6aZw/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.