L’isolement du président Mucharraf

Que le temps change les hommes ! Jadis, le président pakistanais Pervez Mucharraf avait déclaré : “Je ne suis pas du tout un politicien. Je ne pense pas être fait pour la politique.” Huit ans après avoir pris le pouvoir et exilé ses principaux opposants civils, le général remue ciel et terre pour conserver son poste.

Bien qu’ayant pris le pouvoir par un coup d’État (sans effusion de sang), Mucharraf jouissait à l’époque d’une popularité peu contestable. La population était fatiguée d’un régime civil marqué par la corruption et le chaos économique. La franchise de Mucharraf et son intégrité personnelle lui assurèrent une légitimité de facto .

Disant s’inspirer d’Atatürk, le père de la Turquie moderne, le général semblait également incarner pour le pays une vision combinant croissance économique et soutien aux efforts de sécularisation. Toutefois, en refusant de s’assurer que les électeurs soutiennent son régime et sa politique, Mucharraf a réussi à ébranler les deux. Au fil des années, il a truqué des referendums, intimidé le pouvoir judiciaire et demandé le soutien des partis islamiques pour consolider son gouvernement. La vision modernisatrice du président s’est muée en myopie de dictateur obsédé par le pouvoir.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/2xyYkIW/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.