0

Faire renaître l’Occident

LONDRES – En 2008, à une époque de périls sur les marchés financiers, le monde s’était uni pour restructurer le système bancaire mondial.

En 2009, lorsque le commerce s’effondra et le chômage augmenta de façon spectaculaire, le monde se rassembla pour la première fois au sein du G-20 dans le but d’empêcher qu’une grande récession ne se transforme en une grande dépression.

Aujourd’hui, le monde est confronté à une décennie d’austérité et de faible croissance, et manque de solutions nationales aux problèmes du chômage de longue durée et des niveaux de vie affaiblis. En conséquence, au cours de la première moitié de l’année 2011, le monde devra se mettre d’accord sur une stratégie financière et économique pour la prospérité, qui devra être bien plus audacieuse que le Plan Marshall des années 1940.

Le temps presse en Occident, parce que à la fois l’Europe et l’Amérique doivent encore digérer le fait que toutes les crises individuelles des dernières années – depuis la crise des subprimes et l’effondrement de Lehman Brothers jusqu’à l’austérité grecque et la quasi banqueroute de l’Irlande – sont des symptômes d’un problème plus profond : un monde en pleine restructuration du pouvoir économique global et subissant des conséquences de grande ampleur, irréversibles et, de fait, sans précédent.