Un peu de réalisme pour l’Irak

La montagne de Washington a accouché de moins qu’une souris. Le général David Petreaus et le président George W. Bush ont discuté, mais la politique des États-Unis en Irak reste inchangée. Cette politique a fait tomber les États-Unis dans un piège, et la plus grande et la plus importante puissance du monde se retrouve avec uniquement de mauvaises solutions à sa portée.

Si les États-Unis suivaient leurs intérêts nationaux, ils se retireraient d’Irak le plus tôt possible, car la guerre ne peut plus être gagnée. Elle affaiblit la puissance dominante de l’Occident et renforce ses ennemis. Mais les États-Unis ne peuvent se retirer sans plonger toute la région dans le chaos.

Les États-Unis voulaient mettre en place un Irak démocratique. À la place, après un retrait américain, le pays pourrait se disloquer, ce qui pourrait déboucher sur une balkanisation du Moyen-orient, avec des conséquences extrêmement dangereuses pour la région entière.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/UNWch3T/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.