Soyons réalistes au sujet de la Russie

BERLIN – Après sa victoire sur la Géorgie, la Russie poursuivra avec encore plus de ténacité sa stratégie consistant à revoir l'ordre post soviétique dans ce qu'elle appelle son « étranger proche ». L'Europe ne devrait pas se faire d'illusions à ce sujet ; elle doit commencer à s’y préparer. Tandis que l’Union européenne se demande quoi faire, le pragmatisme, et non la réaction excessive et hystérique, est de rigueur.

Malheureusement, comparer la situation actuelle au Caucase avec l'invasion de la Tchécoslovaquie par les soviétiques en 1968 ne relève en rien de ce type de pragmatisme. Ni l’Occident ni l'OTAN ne sont une menace importante pour la Russie : il s’agirait plutôt du Sud islamique et de l'Extrême-Orient, en particulier de la Chine, superpuissance émergente. Par ailleurs, la force de la Russie n'est en aucun cas comparable à celle de l’ex-Union soviétique.

En effet, la Russie subit un spectaculaire déclin démographique ; de plus, en dehors de l’exportation de matières premières, elle a peu à offrir à l'économie mondiale.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/f0qzmIM/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.