1

Le miracle Mazowiecki

VARSOVIE – Ce fut par une journée de forte chaleur et un moment tendu. Alors qu’il présentait le programme novateur de son gouvernement, le tout premier Premier ministre de la Pologne post-communiste Tadeusz Mazowiecki vacilla et parut s’évanouir. Et tandis qu’un parlement bondé s’interrogeait nerveusement, Mazowiecki se glissa par une porte latérale pour prendre une bouffée d’air frais dans le parc Ujazdowski voisin dans le centre de Varsovie.

« Qui est-ce ? » demanda un enfant jouant dans un bac à sable à sa mère, « Nasz premier » répondit-elle – « Notre Premier ministre. » Voilà une phrase qui pendant 40 ans n’avait pas été couramment utilisée pour décrire les dirigeants communistes polonais.

De retour sur le perchoir, Mazowiecki s’excusa, et avec son humour caustique habituel, suggéra que l’économie polonaise était aussi vacillante que lui. Il avait raison.

Le communisme avait politiquement et économiquement réduit la Pologne à la faillite. L’idéologie marxiste n’était devenue rien de plus qu’une façade ; même les apparatchiks du parti ne prétendaient plus y croire. L’économie polonaise, proche de l’effondrement total, luttait pour assurer les besoins essentiels de ses citoyens, sans parler du remboursement des prêts étrangers.