0

La Privatisation du gouvernement du Nigeria

Le Nigeria peut se montrer audacieux en matière de diplomatie, comme le montre son offre d'asile politique au président du Libéria, Charles Taylor. Il en aura tout autant besoin s'il veut redresser son économie moribonde.

Le Nigeria représente le paradigme de l'échec du développement. Les revenus moyens font partie des plus bas au monde. La pauvreté est endémique et plus des trois quarts des Nigériens survivent avec moins de deux dollars américains par jour et la distribution des revenus se fait plus au profit des classes favorisées que n'importe où ailleurs dans le monde. Les 2% des Nigériens les plus riches gagnent autant que les 55% les plus pauvres.

Alors que le Nigeria s'apprête à enterrer les fantômes de ses dictatures passées, il est temps de se lancer dans des réformes audacieuses. Ses leaders devraient concentrer leurs efforts sur la question principale : la gestion des revenus pétroliers du Nigeria.

Paradoxalement, le geste le plus audacieux serait que le gouvernement cesse de gérer les revenus pétroliers pour laisser la gestion d'une grande partie de ces revenus directement dans les mains du peuple, comme c'est le cas dans l'État américain d'Alaska et dans la province canadienne d'Alberta. Dès la première occasion, le gouvernement du Nigeria devrait organiser une conférence avec tous les leaders régionaux et nationaux pour trouver un accord sur une provision constitutionnelle qui garantirait à tous les foyers une participation aux revenus pétroliers et dont le montant serait déterminé par les prix et les quotas en vigueur.