0

Produits financiers sur ordonnance

NEW DELHI – L’une des retombées positives de la crise financière de 2007-201? est la prise de conscience du fait que les produits financiers peuvent être aussi complexes et dangereux que les médicaments. Cette prise de conscience a permis le développement d’idées et d’expérimentations novatrices avec des lois, règlementations et institutions nouvelles partout dans le monde.

En Inde, le gouvernement a annoncé la création du Conseil de la stabilité financière et du développement (FSDC) pour gérer la coordination inter-régulatrice et observer une surveillance macro-prudentielle. Aux Etats-Unis, la réforme Dodd-Frank pour Wall Street et la loi de protection des consommateurs, ainsi que de nouvelles initiatives pour surveiller la sécurité des produits financiers pourraient modifier l’architecture du secteur financier.

Différents protagonistes de ces nouvelles idées ont ouvertement établi l’analogie avec les médicaments. Selon certains, si, en 2007, les Etats-Unis avaient eu une Commission de la sécurité des produits financiers semblable à la Food and Drugs Administration, le marché n’aurait pas été inondé de prêts immobiliers ‘aguicheurs’ qui ont enchainé des millions de foyers à des crédits prédateurs.

Ce qui est particulièrement sophistiqué au sujet de ces nouvelles idées qui bourgeonnent aux Etats-Unis, en Europe, en Inde, en Chine et ailleurs, est la prise de conscience que, tout comme pour les médicaments et les jouets, il est impossible de dire à l’avance quel produit financier devrait ou non être autorisé, parce que nous n’avons aucune idée des produits susceptibles d’arriver sur le marché. D’où la nécessité d’un organe d’autorité à même d’analyser le nouveau produit et de formuler une opinion sur son intérêt.