7

Les démocrates et les républicains pourront-ils apaiser leurs dissensions ?

WASHINGTON, DC – La course pour déterminer qui représentera des deux principaux partis politiques des États-Unis, les démocrates et les républicains, pour l’élection présidentielle est loin d’être finie. Ce qui laisse les deux partis devant le défi de reconstruire leur unité pour la campagne finale — une prouesse qui sera beaucoup plus difficile à réaliser cette année par rapport aux autres élections présidentielles.

Même s’il est mathématiquement impossible pour Bernie Sanders de rallier assez de délégués dans son camp pour remporter l’investiture du Parti démocratique, il reste dans la course, retardant le moment où Hillary Clinton pourra amorcer le mouvement de réconciliation. Gagner l’appui des millions d’électeurs qui soutiennent ardemment Sanders constitue un défi épineux. Sanders n’est pas un simple adversaire ; il est à la tête d’un mouvement qui s’oppose à tout ce que représentent Clinton et la « classe dirigeante ».

La course entre Hillary Clinton et Barack Obama en 2008 a semblé finir sur une touche plutôt cordiale. Même si Clinton n’a pas abandonné la course avant la fin, elle a dilué ses attaques rhétoriques contre Obama quand les jeux étaient faits. Cet été là, elle a posé le geste inusité de démarcher les électeurs lors de la convention pour recommander au parti d’instituer Obama par acclamation.

Les efforts de 2008 pour unifier le Parti démocratique n’ont toutefois pas été aussi porteurs que veut nous le faire croire la ligne officielle du parti. Que les candidats décident d’accorder dignement la défaite est méritoire. Mais il est plus difficile de réconcilier leurs partisans. Après 2008, les tensions entre certains des plus ardents partisans de Clinton et d’Obama ont persisté pendant des années.