oil AFP/Getty Images

Les pays du Golfe doivent s'engager dans la diversification économique

BEYROUTH – En juin 2014, le baril de brent (principale référence sur le marché du pétrole) valait 115 dollars. Aujourd'hui, seulement deux ans plus tard, il se négocie à 45 dollars, voire moins. Il n'est pas surprenant que cet effondrement ait été un choc brutal pour l'Arabie saoudite et les monarchies pétrolières du Golfe dont le pétrole représente quelques 85% des revenus. Elles doivent réaliser que contrairement aux baisses précédentes, celle-ci n'est pas transitoire.

Cette nouvelle normalité reflète de nouvelles réalités :

- La croissance de l'économie chinoise - et par conséquent ses besoins en pétrole - ne peut que diminuer.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/xWtKkmU/fr;