Le problème israélien d’Obama

NEW YORK – Lors d’une rare sortie hors de son Texas natal, le gouverneur Rick Perry a accusé le président américain Barack Obama de mener une politique « d’apaisement » à l’égard des Palestiniens. De son côté, l’ancien maire de New York Edward Koch, juif et démocrate, a soutenu la candidature au Congrès d’un républicain catholique face à un candidat démocrate juif, parce que le républicain a fait part de son soutien sans réserve à Israël – et parce qu’Obama a émis des réserves concernant la poursuite des implantations en Cisjordanie. Selon les termes employés par Koch, Obama « a trahi Israël ». Le candidat républicain a remporté l’élection.

Quant au Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, en général très sensible à l’intervention d’étrangers dans les affaires intérieures israéliennes, il courtise ouvertement et systématiquement des députés républicains en critiquant Obama. Et quelle est la réponse d’Obama à ces attaques ? Un discours devant les Nations unies, dans lequel il réitère son soutien à Israël, et sa compréhension des peurs et de la vulnérabilité des Israéliens, en ne mentionnant qu’au passage les peurs et la vulnérabilité des Palestiniens.

Pour quelle raison la question d’Israël transforme-t-elle le président américain en une gelée amorphe ? Et pourquoi d’ailleurs les politiciens américains craignent-ils autant de critiquer la politique israélienne ? Est-ce par peur d’être qualifiés d’antisémites ? Ou s’agit-il plutôt du « vote juif » ?

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/m5up0Ez/fr;