Skip to main content

obama iran deal Ron Sachs/ZumaPress

Opérer un rapprochement avec des États voyous

SÉOUL – Lors de son discours sur l’état de l’Union prononcé en 2002 devant le Congrès américain, le président George W. Bush avait utilisé la célèbre formule « Axe du mal » pour décrire l’Irak, l’Iran et la Corée du Nord. Depuis lors, les États-Unis n’ont pourtant pas eu les mêmes relations avec chacun de ces pays. Les différences de traitement sont très instructives.

Bush et ses conseillers partisans de la ligne dure estimaient que seule la force ou un « changement de régime » pouvait empêcher ces États « voyous » de mener des actions terroristes ou de développer des programmes d’acquisition « d’armes de destruction massive ». C’est pour cette raison ou sous ce prétexte que les États-Unis ont envahi l’Irak en mars 2013, avec pour conséquence un pays en situation de guerre civile quasi permanente depuis plus d’une décennie, un gouvernement central impuissant et aujourd’hui, l’émergence de l’État islamique.

En Iran, le président de l’époque, le modéré Mohammad Khatami, avait avancé des propositions pouvant être considérées comme raisonnables pour limiter le programme nucléaire du pays. Mais Bush et son équipe ont préféré exercer des pressions sur l’Iran au moyen de sanctions et de menaces militaires et tout espoir de négociation s’est évanoui lorsque Mahmoud Ahmadinejad a succédé à Khatami en 2005. Ce n’est qu’avec l’arrivée au pouvoir d’un autre modéré, le président Hassan Rouhani, que l’espoir d’une solution négociée a pu à nouveau être envisagée.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

https://prosyn.org/4xlaRzj/fr;
  1. solana109_robert wallisCorbis via Getty Images_manhittingberlinwall Robert Wallis/Corbis via Getty Images

    The Partial Triumph of 1989

    Javier Solana

    The fall of the Berlin Wall in November 1989 marked the end not of a historical chapter, but of a paragraph. Although capitalism currently has no rival, it has proven its compatibility with illiberal forces.

    0
  2. sachs315_Pablo Rojas MadariagaNurPhoto via Getty Images_chileprotestmanbulletface Pablo Rojas Madariaga/NurPhoto via Getty Images

    Why Rich Cities Rebel

    Jeffrey D. Sachs

    Having lost touch with public sentiment, officials in Paris, Hong Kong, and Santiago failed to anticipate that a seemingly modest policy action (a fuel-tax increase, an extradition bill, and higher metro prices, respectively) would trigger a massive social explosion.

    1

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated Cookie policy, Privacy policy and Terms & Conditions