Autodéfense antinucléaire

LOS ANGELES – Il y a 40 ans ce mois-ci, plus de 50 pays se réunissaient à la Maison Blanche pour signer le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP). Dans ses mémoires, le président américain Johnson qualifie ce traité de la "plus grande avancée que nous ayons accomplie jusqu'à ce moment-là pour réduire les risques d'un conflit nucléaire".

Aujourd'hui, avec le recul du temps, on peut chercher à évaluer dans quelle mesure cet accord a vraiment été le "tournant historique" espéré par le président Johnson. Au vu des éléments dont nous disposons, il apparaît que si la digue que constitue le traité a largement tenu, d'importantes fuites sont apparues, ce qui a poussé les partisans de l'autodéfense antinucléaire à recourir à la force quand ils ont jugé que la voie diplomatique ne permettait pas d'arrêter la prolifération nucléaire. Il reste à voir si c'est un présage du futur, étant donné que le TNP n'inclut pas un mécanisme d'application réellement efficace.

Une chose est certaine : le TNP est la base juridique du régime de non-prolifération signé par tous les pays sauf trois – l'Inde, le Pakistan et Israël – sans compter un pays à part – la Corée du  Nord. Les objectifs du traité restent ambitieux : les cinq puissances nucléaires reconnues (les USA, la France, la Grande-Bretagne, la Russie et la Chine) promettent d'éliminer leur arsenal nucléaire et les autres signataires s'engagent à ne pas acquérir l'arme atomique en échange du droit de développer le nucléaire civil avec l'aide et sous contrôle international.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

Get unlimited access to PS premium content, including in-depth commentaries, book reviews, exclusive interviews, On Point, the Big Picture, the PS Archive, and our annual year-ahead magazine.

http://prosyn.org/0qgIMns/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.