La nostalgie n'a pas sa place

La France et l'Allemagne ont toutes les raisons de célébrer le miracle de leur amitié, scellée quarante ans plus tôt par le Traité de l'Elysée. Mais elles n'ont aucune raison de se réjouir de sa condition actuelle. Pas plus que l'Europe.

Pendant la majeure partie de l'histoire moderne, l'antagonisme franco-allemand (la soi-disant " inimitié héréditaire " des deux pays) a hanté l'Europe et le monde. Dans son célèbre discours qu'il a prononcé à l'université de Zurich en 1946, Winston Churchill avait préconisé que " La première étape dans la recréation de la famille européenne [devait] être un partenariat entre la France et l'Allemagne ". La réconciliation franco-allemande, sous l'égide d'hommes tels que le général Charles de Gaulle et Konrad Adenauer, a rendu possible les étonnantes réussites de l'Europe d'après-guerre.

Le dernier jalon du partenariat franco-allemand a été le Traité de Maastricht, conclu en 1991. L'Allemagne réunifiée a renoncé à sa devise bien-aimée, le Deutsche Mark, pour renforcer l'intégration européenne, mais également pour apaiser les craintes françaises selon lesquelles l'Allemagne était prête à asseoir son hégémonie monétaire sur le continent.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/qvXKQtl/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.