skidelsky167_Andriy Onufriyenko Getty Images_ world Andriy Onufriyenko via Getty Images

Les hommes esclaves de la Machine ?

LONDRES – Il y a quelques jours, ma femme et moi étions sur le point de sortir de notre résidence. Mais lorsque j'ai appuyé sur le bouton qui permet d'ouvrir automatiquement la porte, rien, il ne s'est rien passé. A moins de sauter par une fenêtre, nous étions prisonniers du bâtiment. Finalement, par chance, le concierge qui se trouvait à l'extérieur a réussi à ouvrir la porte manuellement. Il nous a expliqué qu'il avait une panne de courant. Le système de secours, lui aussi électronique, était également en panne. La coupure de courant a duré deux heures.

J'ai pensé à toutes les portes qui s'ouvrent et se ferment automatiquement : les portes de train, de voiture, d'ascenseur, de supermarché (pas encore, Dieu merci, les portes d'avion). A une certaine époque, on ouvrait, on fermait et on verrouillait ces portes à la main. Aujourd'hui, il suffit que je m'approche de ma voiture ou que j'en sorte pour ses portes se déverrouillent ou se verrouillent automatiquement - grâce à sa clé électronique. J'ai fait une recherche sur Internet pour savoir pourquoi : ce système fonctionne grâce à la radio-identification, la RFID (Radio Frequency Identification). C'est une technique qui permet de stocker et d'échanger des données à distance en utilisant des étiquettes RFID qui peuvent être incorporées dans un objet.

Ce type de clé est devenu une source de risque. En piratant ou en dupliquant électroniquement la clé d'une voiture, un cybercriminel peut facilement la voler. Aujourd'hui le "clonage" de clés électroniques est relativement facile, au point de constituer une menace sérieuse.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/l02VQ4Nfr