signe7_Robert BonetNurPhoto via Getty Images_vaccines africa Robert Bonet/NurPhoto via Getty Images

L'Afrique doit produire ses propres vaccins

WASHINGTON, DC – Durant la pandémie, les pays riches ont été les premiers à développer et à produire rapidement des vaccins contre la COVID-19. Ces mêmes pays ont ensuite acheté et administré ces vaccins à leurs propres populations et ont même commandé des vaccins de rappel pour les personnes déjà vaccinées. Dans le même temps, de nombreux pays en développement n'ont pas été en mesure d'administrer une seule dose à la majorité de leur population.

L'Afrique en particulier fait face à un accès limité aux vaccins contre la COVID-19. En août 2031, les pays africains avaient administré 94 millions de doses à la population du continent, soit près de 1,4 milliard de doses, pour un approvisionnement total de 134,5 millions. En revanche, les États-Unis – avec une population totale de 332 millions d'habitants – ont administré plus de 375 millions de doses de vaccin.

Cette disparité reflète en partie le fait que la plupart des pays africains ne sont pas en mesure de produire les vaccins nécessaires pour protéger leur population, non seulement contre la COVID-19, mais également contre les innombrables autres maladies qui frappent le continent. L'Afrique compte seulement quatre producteurs locaux de substances médicamenteuses destinées à la vaccination – deux autres sont en cours de développement – et deux sites de « remplissage et de finition » qui dépendent de substances vaccinales importées pour produire des doses distribuables. Les ruptures dans la chaîne d'approvisionnement durant la pandémie de COVID-19 ont montré l'ampleur des risques potentiels associés à cette dépendance à l'égard des importations de fournitures médicales indispensables.

We hope you're enjoying Project Syndicate.

To continue reading, subscribe now.

Subscribe

or

Register for FREE to access two premium articles per month.

Register

https://prosyn.org/bVgwcL9fr