Alpages et minarets

New York – La Suisse compte quatre minarets et 350 000 ressortissants dits musulmans, dont la plupart sont des Européens originaires de Bosnie et du Kosovo. 13% d’entre eux environ pratiquent la prière de façon régulière. On aurait pu penser qu’il n’y avait pas de quoi en faire une montagne, mais la crainte du “fondamentalisme” et d’une “islamisation rampante” en Suisse aurait poussé 57,5% des Suisses à voter pour l’interdiction légale des minarets.

Y a-t-il en Suisse davantage d’intolérance qu’ailleurs en Europe? Sûrement pas. Les résultats d’un référendum expriment moins une opinion fondée que des instincts populaires, qui sont rarement le reflet d’un esprit de tolérance. On aurait organisé ce même référendum auprès d’autres pays d’Europe, on aurait obtenu les mêmes résultats.

Réduire la réponse que les Suisses ont donnée à cette consultation électorale sur les minarets – une idée que seule l’Union démocratique du centre, un parti de droite, a soutenue – à une manifestation d’“islamophobie” est peut-être un peu court. Il est sûr que l’hostilité entre chrétiens et musulmans ne date pas d’hier, et que les accès de violence islamiste auxquels on a assisté récemment ont eu, sur beaucoup, un impact que n’ont pas l’hindouisme ou le bouddhisme par exemple. Il est sûr aussi que le minaret, avec sa silhouette de missile, se prête facilement à la caricature.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Z2AdSVH/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.