2

Chasse au tigre en Chine

CLAREMONT – Dans ce qui constitue la démarche la plus audacieuce du président Xi Jinping depuis qu’il a lancé sa campagne anti-corruption, la Chine a annoncé le lancement d’une enquête officielle pour « violations disciplinaires graves » à l’encontre de l’une des figures historiques du Parti Communiste Chinois, Zhou Yongkang. Des rumeurs sur la chute politique de Zhou circulaient déjà depuis un an, mais quiconque était familier des intrigues de la vie politique chinoise savait, jusqu’à ce que le PCC rende la chose officielle, que les nombreux soutiens puissants et amis de Zhou pouvaient encore sauver sa tête. C’est désormais officiel : un « méga-tigre » a été mis à terre. Mais la Chine a-t-elle véritablement besoin de cela ?

Depuis 2012, lorsque Xi a débuté ce qu’il qualifie lui-même de « chasse aux tigres », une bonne trentaine de ministres du gouvernement, gouverneurs de provinces et autres dirigeants de haut rang sont tombés dans ses filets. Mais Zhou n’est pas n’importe quel tigre. Ancien membre du Comité permanent du Politburo, principal organe décisionnaire du PCC, Zhou était considéré comme intouchable.

Depuis la fin de la Révolution Culturelle, le PCC a adhéré à la règle implicite selon laquelle les membres du comité permanent du Politburo, actifs ou retraités, bénéficient d’une immunité qui les protège contre d’éventuelles poursuites criminelles. Certains, bien sûr, ont disparu à la suite de luttes politiques, comme celles qui ont entrainé la chute de Hua Guofeng, le successeur immédiat de Mao au début des années 1980. Mais les défaits se sont généralement retirés en silence et n’ont jamais été confrontés à des accusations officielles de corruption.

Compte tenu de ce passé, la mise en accusation de Zhou est un événement majeur – bien plus significatif que le captivant procès de l’ancien secrétaire du PCC de Chongqig, Bo Xilai, tombé en disgrâce il y a un an. Cela démontre sans ambigüité l’autorité personnelle et la détermination politique de Xi. Mais une question demeure : que veut prouver Xi avec la plus terrible campagne anti-coruption que la Chine ait mis en place depuis trente ans ?