The Gates Foundation/Flickr

L’écart de prospérité de l’Afrique de l’Est

NAIROBI – Ces dernières années, l’idée d’une « Afrique émergente » a été adoptée par certains et réfutée par d’autres. Mais tous conviennent de la nécessité de ce que les sociologues appellent « l’intégration » - le degré auquel se fait le partage des richesses entre les membres d’une société. Avec l’intégration, disent les optimistes, l’Afrique connaîtra la prospérité ; sans elle, avancent les pessimistes, elle ne le pourra pas.

L’avenir de l’Afrique est réellement aussi simple que cela. Sans la notion de contrat social – la foi dans un progrès partagé – les économies ont tendance à devenir instables et à s’effondrer. « Aucune société qui espère prospérer », écrit l’économiste Jeffrey Sachs dans son ouvrage The Price of Civilization « ne peut se permettre de laisser des pans entiers de sa population prisonniers de la pauvreté ».

Dans ce contexte, le récent rapport de la Society for International Development (SID) publié à Nairobi, donne à réfléchir. Il conclut en disant qu’une Afrique émergente – et en particulier une Afrique de l’Est émergente – ne se concrétisera jamais sans progrès économique de tous les secteurs de la société.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/YGxiC1H/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.