Le paradoxe mexicain de la réforme

Mieux vaut parfois une absence de réforme que de mauvaises réformes. C’est, semble-t-il, ce que l’on pourrait dire à propos du Mexique, où ont récemment été votées de nouvelles lois fiscales et électorales – mais pas celles dont le pays avait besoin.

Les réformes fiscales étaient l’un des thèmes majeurs du président Felipe Calderón durant la campagne présidentielle de l’année dernière, mais ce n’était pas le cas des réformes électorales. En effet, ce n’est qu’après d’étranges et très difficiles négociations politiques que ces dernières lui ont été imposées.

Les législateurs de l’opposition souhaitaient des réformes électorales, mais pas de nouveaux impôts ; l’administration voulait quant à elle plus d’argent, mais pas de nouvelles lois électorales. En fin de compte, les deux camps ont obtenu une partie de ce qu’ils souhaitaient et c’est le Mexique qui a trinqué.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/BR3StMY/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.