Un rêve pour l’ère numérique

PRINCETON – Il y a cinquante ans, Martin Luther King rêvait d’une Amérique qui un jour remplirait sa promesse de l’égalité de tous ses citoyens, quelle que soit la couleur de leur peau. Aujourd’hui, le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, poursuit lui aussi un rêve : celui de rendre l’Internet accessible aux cinq milliards de personnes qui n’y ont pas accès.

La vision de Zuckerberg peut paraître intéressée, car elle est susceptible d’augmenter la cohorte de gens qui utilise Facebook. Mais, en fait, le monde actuel connaît un clivage technologique grandissant, avec des conséquences sur l’égalité, la liberté et le droit à la poursuite du bonheur qui sont tout aussi capitales que le clivage racial que King combattait dans ses sermons.

Dans le monde entier, plus de deux milliards de personnes vivent à l’ère numérique. Ils sont en mesure d’accéder à un vaste univers d’information, de communiquer à peu de frais ou gratuitement avec leurs amis et leurs proches et aussi d’échanger avec d’autres personnes selon de nouveaux modes de coopération. Les autres cinq milliards sont encore prisonniers de l’ère du papier dans laquelle ma génération a grandi.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/sQtyGW4/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.