Print media featuring French politicians nicolas patte/Flickr

Le Patriotisme à l’heure de la mondialisation

LONDRES – Le nouveau clivage politique se situerait, selon Marine le Pen, qui dirige le parti d’extrême-droite français Front national, entre mondialistes et patriotes. L’argument ressemble à ceux des eurosceptiques au Royaume-Uni et de Donald Trump, candidat républicain à l’élection présidentielle aux États-Unis. Il n’en est pas moins faux. Et dangereux.

À en juger par les résultats du second tour des élections régionales françaises, le 13 décembre, c’est un argument que les électeurs français ont, finalement, rejeté sans équivoque. Ils ont voté à 73% pour des candidats opposés au Front national, privant ce parti de la moindre région.

Le Pen accuse les partis majoritaires de se liguer contre elle, qualifiant de déni de démocratie leur coopération. Le raisonnement est vicieux, bien sûr, dicté par la rancœur : l’intérêt même d’un scrutin à deux tours étant de contraindre les partis et leurs électeurs à chercher un consensus et à former des alliances. S’il ne parvient pas à gagner des alliés, le Front national ne pourra pas réaliser la percée électorale qu’il espère (et il en va de même pour Trump).

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/9EwJt4p/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.