Il faut aider Mahmoud Abbas

Avec Gaza au bord de la guerre civile, on ne peut que plaindre le malheureux Mahmoud Abbas qui a pris la présidence de l'Autorité palestinienne il y a deux ans et demi, après la mort de Yasser Arafat. Universitaire, Abbas a fait tout ce qu'il a pu pour gouverner sans brutalité, en respectant les principes démocratiques et en se démarquant publiquement de la violence. Il n'a pu y parvenir. Tant les factions palestiniennes rivales - son propre parti, le Fatah et les islamistes du Hamas - que les Israéliens ont pris son attitude mesurée pour de la faiblesse.

Son style est complètement différent de celui d'Arafat. Revêtu de son uniforme jusqu'au dernier jour, Abou Amar (le nom de guerre révolutionnaire d'Arafat) estimait que tant que l'occupation israélienne se prolongeait, il ne devait pas porter de costume civil. En costume-cravate, Abbas a introduit un style présidentiel de type occidental, mais sans la moindre idée sur l'attitude à adopter face aux militants de base.

Les journalistes ont immédiatement souligné qu'Abbas, un homme attaché à sa famille, rentrait chez lui à l'heure du déjeuner et suivait les horaires de bureau. Son autre nom, Abou Mazen [le père de Mazen], n'a aucune connotation révolutionnaire, il reflète simplement la coutume qui consiste à désigner un père par rapport à son fils aîné. Mazen, le fils aîné d'Abbas, dirige une petite agence de publicité.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/QM6gfdn/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.