0

L’héritage de Lula

MEXICO – Le premier tour des élections présidentielles au Brésil le 3 octobre prochain pourrait bien être le seul. Car le successeur désigné par le président sortant Luis Inácio Lula da Silva, Dilma Rousseff, devrait l’emporter à la majorité absolue des votes.

Le principal opposant de Rousseff, le gouverneur de São Paulo José Serra, n’a pas véritablement convaincu les électeurs compte tenu de ses prises de position inconsistantes – de ses critiques à peine voilées de la politique étrangère de Lula à son soutien inconditionnel de ses politiques sociales. D’après certains sondages, l’écart entre ces deux candidats serait de l’ordre de 20 points.

Lula quitte son poste avec une incroyable popularité pour deux mandats présidentiels en Amérique Latine. La croissance économique est à deux chiffres, avec en perspective la Coupe du Monde de football en 2014 et les Jeux Olympiques en 2016. Sous Lula, des millions de Brésiliens sont sortis de la pauvreté et une majorité d’entre eux font désormais partie de la classe moyenne – même si celle-ci reste de taille modeste. Le Brésil a acquis une stature internationale digne de sa taille et de son succès, bien que peut-être pas de ses ambitions. Sa démocratie est prospère et dynamique, bien que pas toujours efficace ou exempte de corruption.

Mais l’héritage de Lula donne encore matière à un certain scepticisme et le fait que l’on en fasse peu état ne veut pas dire qu’il ne soit pas signifiactif.