Chroniques du Blatterball

LONDRES – La Coupe du monde vient de s'achever avec son panache habituel et une grande partie du monde, comme d'habitude, n'a pas pu s'empêcher de se laisser emporter par toute cette excitation : ce qui est exactement le résultat escompté par Sepp Blatter. Blatter, le président de la FIFA, l'entité organisatrice de la coupe, tient à ce que la joie d'un mois de jeu efface la corruption, les magouilles et le tout dernier scandale sur la billeterie, qui ont ébranlé son mandat.

Les choses ont bien changé depuis 1998, quand Blatter est entré en fonction. Les médias sociaux n'existaient pas et Internet n'était pas encore devenu un moyen de diffuser les opinions de ceux qui n'ont pas voix au chapitre et des démunis. Sans parler de la culture de l'activisme salarial et de la responsabilité sociale des entreprises, avec l'ampleur qu'ils ont de nos jours. Comme l'ont découvert BP, GM et la Royal Bank of Scotland, le monde regarde, parle et n'est plus disposé à accepter l'ancienne manière de faire des affaires.

La FIFA a deux problèmes. Le premier est un manque manifeste de conformité envers les pratiques commerciales généralement reconnues. Certaines allégations de malversation allaient des matches truqués et de la corruption parmi les membres du Comité exécutif de la FIFA, jusqu'à des questions sur la manière dont le Qatar a été choisi pour accueillir la Coupe du monde en 2022.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/EN739QI/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.