0

Lincoln, Roosevelt, Churchill...Obama ?

PARIS – Des circonstances exceptionnelles – plus précisément, l’ampleur et la gravité de la crise économique et financière – ont contribué à l’élection d’un homme exceptionnel, Barack Obama, à la présidence des États-Unis. Mais ces circonstances l’empêcheront-elles également de réussir ? L’énorme espoir qui a porté Obama au pouvoir l’emportera-t-il sur la tourmente du désespoir économique et social ? Le spectre menaçant d’une récession mondiale se propagera-t-il à l’Asie en déstabilisant ses deux géants, l’Inde et la Chine ?

Ce sont à ces graves questions qu’il faudra répondre, alors que le président élu prépare les Américains à un avenir qui sera très certainement difficile.

Les mêmes Américains qui criaient leur joie le soir du 4 novembre sont aujourd’hui saisis par la crainte, au fur et à mesure que les difficultés économiques deviennent plus réelles chaque jour, comme en témoignent les conséquences de la crise pour leurs voisins, quand ce n’est pas pour eux. Confronté à l’urgence d’alléger les souffrances de ses compatriotes, Obama ne sait que trop bien que « l’audace de l’espoir » ne suffira pas devant l’immensité de la tâche qui l’attend.

Alors que le monde passe de l’exaltation à un sobre réalisme, il est important de garder une vision équilibrée des événements en cours et d’éviter le double risque de sous-estimer d’un côté la nature véritablement révolutionnaire de cette élection et de surestimer de l’autre la capacité de l’équipe d’Obama à trouver des solutions miracles.