Barrie Maguire

Le plan de relance américain: plus de dollars que de bruit…

MILAN – L’excès de levier des secteurs financier et immobilier, qui caractérise l’avant-crise américaine, s’est traduit par une bulle d’actifs, dont l’effondrement s’est soldé par des bilans diversement négatifs. Il a fallu, par contrecoup, rétablir la valeur des actifs, bloquer les leviers et assainir les bilans, et on assiste aujourd’hui à la hausse du taux d’épargne, à un déclin important de la demande intérieure et à une forte augmentation du chômage.

Les Etats-Unis sont maintenant confrontés à la grande question de savoir si le maintien des incitations fiscales et monétaires peut – comme certains le pensent – contribuer à redresser l’économie, ou non. Certes, au pire de la crise, la combinaison des incitations fiscales et d’une détente monétaire d’envergure a eu pour effet d’éviter le gel du crédit et d’enrayer la spirale descendante du prix des actifs et de l’activité de l’économie réelle, mais cette période est révolue.

La période d’avant-crise, une période de consommation des plus-values qui, du moins partiellement, se sont avérées éphémères, a évidemment conduit à une période d’après-crise, caractérisée par la stagnation des dépenses, la baisse de la demande et la hausse du chômage. On peut y remédier par une politique anticyclique , mais on ne peut ni défaire le mal qui a été fait, ni pousser la reprise au-delà de certaines limites.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/cxd67Xr/fr;