0

La démocratie du Koweït est à l’œuvre

Les onzièmes élections législatives du Koweït, depuis l’indépendance du pays en 1961, viennent tout juste de se tenir. Même si ce pays est une monarchie, l’histoire de son parlement n’est pas de tout repos, et la campagne électorale a reflété les tensions constantes entre la famille royale et les différents groupes de l’électorat.

Prévue à l’origine pour octobre 2007, la date des élections a été avancée pour mettre fin à des discussions interminables entre le parlement et le gouvernement, au sujet du nombre de circonscriptions électorales. Le pays en compte actuellement 25, mais des réformateurs soutiennent de longue date que le fait de réduire le nombre de circonscriptions – chacune comporterait donc davantage d’électeurs – limiterait les risques de manipulation par l’élite politique.

Les 29 membres du parlement en faveur de la réduction du nombre de circonscriptions ne parviennent pas à s’accorder avec le gouvernement sur un nouveau nombre, ce qui a eu pour conséquence de placer la question au centre d’une campagne agitée. Les Koweitiens mécontents se sont rassemblés devant le bâtiment de l’Assemblée nationale et dans les universités pour faire entendre leurs critiques.

En guise de riposte, le gouvernement a supprimé la question du parlement à la Cour constitutionnelle sur le redécoupage électoral – tentative de repousser les changements, selon les réformateurs. Lorsque trois membres du parlement ont cherché à s’enquérir auprès du Premier Ministre – ce qui relève de leurs droits, d’après la constitution koweitienne – le parlement s’est vu dissous, et les élections annoncées.