La démocratie du Koweït est à l’œuvre

Les onzièmes élections législatives du Koweït, depuis l’indépendance du pays en 1961, viennent tout juste de se tenir. Même si ce pays est une monarchie, l’histoire de son parlement n’est pas de tout repos, et la campagne électorale a reflété les tensions constantes entre la famille royale et les différents groupes de l’électorat.

Prévue à l’origine pour octobre 2007, la date des élections a été avancée pour mettre fin à des discussions interminables entre le parlement et le gouvernement, au sujet du nombre de circonscriptions électorales. Le pays en compte actuellement 25, mais des réformateurs soutiennent de longue date que le fait de réduire le nombre de circonscriptions – chacune comporterait donc davantage d’électeurs – limiterait les risques de manipulation par l’élite politique.

Les 29 membres du parlement en faveur de la réduction du nombre de circonscriptions ne parviennent pas à s’accorder avec le gouvernement sur un nouveau nombre, ce qui a eu pour conséquence de placer la question au centre d’une campagne agitée. Les Koweitiens mécontents se sont rassemblés devant le bâtiment de l’Assemblée nationale et dans les universités pour faire entendre leurs critiques.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/KONH4AQ/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.