Les mesures « Abenomics » au banc d'essai

TOKYO – Cela va bientôt faire un an que le Premier Ministre Shinzo Abe a lancé son plan pour relever l'économie du Japon après deux décennies de déflation et de récession. Quel est à présent le bilan des mesures « Abenomics » ?

Pour répondre à cette question, il faut décomposer les Abenomics en leurs trois composantes : un assouplissement monétairemassif, une politique fiscale expansionniste et une stratégie de croissance à long terme – que Abe, en référence au conte de Motonari Mori, un daimyo du seizième-siècle (seigneur féodal), a appelé les « trois flèches. » Selon la légende, Mori a appris à chacun de ses trois fils à casser une flèche en deux. Après qu'ils aient réussi, il leur a dit de lier trois flèches ensemble et de les briser l'ensemble d'un seul coup : ce qu'aucun d'entre eux n'a su faire.

Comme les trois flèches de Mori, les trois flèches des Abenomics sont censées se renforcer mutuellement. Mais les flèches de Mori étaient liées en parallèle, alors que les flèches de la politique d'Abe sont reliées par des relations structurelles sous-jacentes. Alors que la première et la deuxième flèche visent à transformer le modèle de croissance réelle du Japon, la troisième fonctionne sur le modèle de croissance potentielle de l'économie, ce qui suppose l'utilisation optimale de toutes les ressources et de toutes les technologies disponibles.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/pq1qLxf/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.