0

John Kerry et l'Europe

Ceux que les dieux veulent détruire se voient accorder leurs désirs. Ceux qui en Europe et dans le monde souhaitent la victoire de John Kerry à l'élection présidentielle américaine devraient garder présente à l'esprit cette maxime tirée de la sagesse grecque ancienne.

Pendant la Guerre froide, l'Amérique était le leader naturel de la communauté atlantique et le prix de cette position était l'acceptation de la part des Etats-Unis de l'autonomie et de l'influence de ses alliés européens. Après les attaques terroristes du 11 septembre 2001, le président Bush s'est lancé dans une politique étrangère unilatérale. L'alliance atlantique traditionnelle fut remplacée par ce que les Etats-Unis ont appelé " les coalitions volontaires ", où l'on voit " la mission déterminer la coalition ", rôle des alliances historiques d'autrefois.

Cette politique a divisé l'Europe. Elle a également alimenté de profondes divisions dans la campagne présidentielle américaine et l'un des arguments les plus puissants que John Kerry ait utilisé est sa volonté de restaurer la confiance perdue entre l'Amérique et ses alliés : élu président, il se chargera de recruter l'aide internationale nécessaire en Irak.

L'Amérique a sans aucun doute besoin de plus d'alliés pour mettre un terme au chaos déclenché en Irak et reconstruire un Etat irakien perçu comme légitime par les Irakiens aussi bien que par la communauté internationale. Les alliés sont considérés comme la solution au double déficit américain en matière de crédibilité et de légitimité dans son occupation de l'Irak. Serait-il possible que les Etats-Unis bénéficient d'un nouveau départ en Europe sous l'égide de John Kerry ? Kerry président sera-t-il réellement capable de rassembler les alliés aux côtés des Etats-Unis ?