10

Quel équilibre entre l'Etat et le marché pour la Chine ?

PEKIN – Aucun autre pays n'a connu une croissance aussi rapide et n'a extrait autant de gens de la pauvreté que la Chine au cours des 30 dernières années. Malgré l'opposition de puissants intérêts particuliers, la volonté de ses dirigeants de revoir le modèle économique du pays quand et lorsque c'est nécessaire, constitue une marque du succès chinois. Et maintenant que l'Etat met en œuvre d'autres réformes fondamentales, ces intérêts particuliers font tout pour y résister. Dans ces conditions, les réformateurs pourront-ils triompher à nouveau ?

Pour répondre à cette question, il faut prendre en compte un point clé : de la même manière que dans le passé, le cycle actuel de réformes va restructurer non seulement l'économie, mais toucher aux intérêts particuliers dont dépendent en partie les réformes futures. Et aujourd'hui, tandis que l'on porte beaucoup d'attention à des initiatives importantes - par exemple l'intensification de la campagne anti-corruption - le plus grand problème auquel la Chine est confrontée concerne les rôles respectifs de l'Etat et du marché.

Il y a plus de 30 ans, quand les réformes ont commencé, la direction était claire : il fallait que le marché joue un rôle bien plus important dans la répartition des ressources. Et c'est ce qu'il a fait, au point qu'aujourd'hui le secteur privé est beaucoup plus étendu qu'il ne l'était alors. Il y a un large consensus sur l'idée le marché doit jouer un "rôle décisif" (selon l'expression des responsables politiques) dans beaucoup de secteurs où les entreprises publiques dominent. Mais quel devrait être son rôle dans les autres secteurs, et plus généralement dans l'économie ?

Beaucoup des problèmes de la Chine d'aujourd'hui tiennent à trop de marché et trop peu d'Etat. Ou pour le dire autrement, l'Etat fait ce qu'il ne devrait pas, et ne fait pas ce qu'il devrait.