2

Mettre un terme à la faim

ROME – Au moins 842 millions de personnes souffrent en permanence de la faim dans le monde – une baisse de presque 1,5 pour cent par rapport au nombre de 854 millions de personnes estimé pour la période 2010-2012. En dépit de progrès importants, il est évident qu’il reste beaucoup à faire pour éradiquer la sous-nutrition.

Tandis que les dirigeants mondiaux se posent aujourd’hui la question de comment progresser au mieux sur cette question, un rapport publié conjointement cette année par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Fonds international de développement agricole (FIDA) et le Programme alimentaire mondial (PAM) offre des pistes intéressantes. « L’état de l’insécurité alimentaire dans le monde » (SOFI 2013) présente des estimations mises à jour de la sous-nutrition et des progrès réalisés pour atteindre les objectifs concernant la faim fixés par les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et le Sommet mondial de l’alimentation.

Les progrès concernant les OMD ont été inégaux. Si plusieurs pays en développement – qui abritent 827 millions des personnes sous-alimentées de la planète (comparé à 838 millions en 2010-2012) – sont en bonne voie d’avoir réduit de moitié, à l’horizon 2015, le nombre de personnes sous-alimentées par rapport à 1990, la baisse annuelle moyenne est insuffisante pour atteindre cet objectif dans deux ans. L’objectif plus ambitieux du Sommet mondial de l’alimentation, de réduire de moitié le nombre total de personnes souffrant de la faim dans le monde, est encore plus lointain, puisque le nombre de personnes sous-alimentées n’a baissé que de 17 pour cent depuis 1990-1992.