3

Patience révolutionnaire

MADRID – Le 17 décembre 2010, Mohamed Bouazizi s’immolait par le feu à Sidi Bouzid en Tunisie. Dans les semaines qui suivirent, la révolte populaire provoquée par l’acte de Bouazizi se répandit bien au-delà des frontières tunisiennes pour atteindre une grande part du monde arabe.

En Europe, l’Ukraine et d’autres pays troublés comme la Bosnie ont débuté leurs longues transitions, encore inachevées, vers la démocratie il y a un quart de siècle. Le monde arabe, par contre, en est à peine à sa troisième année de transition, un battement de paupière à l’échelle de l’Histoire. Pourtant, il y a déjà eu des changements significatifs et la région continue d’avancer – même si la destination demeure incertaine. Comme dans d’autres régions du monde, les pays arabes ont besoin de temps pour parvenir à la démocratie et au pluralisme réclamés par leurs peuples. Ils atteindront leurs buts – mais pas en trois ans.

En fait, les évènements dans le Moyen-Orient d’aujourd’hui sont encore façonnés par les changements radicaux survenus après la première guerre mondiale. Historiquement, la plupart des Arabes étaient regroupés sous différents califats. Après la dissolution de l’Empire Ottoman en 1923, deux états nations (l’Iran et la Turquie) émergèrent, et les Arabes furent distribués en 22 nouveaux pays généralement sous domination coloniale française ou britannique.  

Ces colonies ont par la suite obtenu leur indépendance – l’Arabie Saoudite, aujourd’hui une puissance régionale sunnite, fut créée en 1932 – à la suite de quoi s’opéra une nouvelle tentative pour unir la nation arabe avec l’émergence d’un Islam politique apparu dans les années 1920 en réponse à la chute du califat ottoman. Le phénomène prit différentes formes, dont les Frères musulmans créés en 1928. Au même moment, le panarabisme du président égyptien Gamal Abdel Nasser et le parti Baas syrien œuvraient à la création d’un état nation selon des principes laïques ; ces efforts ont donné naissance à la République Arabe Unie, une union entre l’Egypte et la Syrie qui dura de 1958 à 1961.