Le Japon doit sortir de son silence

Un sondage d'opinion conduit récemment au Japon montre que 68% des Japonais pensent que les États-Unis et la Grande-Bretagne ne devraient pas attaquer l'Irak. Toutefois, dans les débats de la Diète, notre parlement, ni le premier ministre M. Koizumi ni le ministre des affaires étrangères n'offrent autre chose que des réponses sans passion : « le Japon ne peut réagir à une situation hypothétique » ou bien « le Japon ne peut prendre de position définitive sans estimer les résultats des inspections » ou encore « il en va de l'intérêt national du Japon de ne pas se prononcer sur un éventuel soutien de l'usage de la force ».

Pourtant le Japon ne peut plus se permettre de garder le silence ni de rester vague sur l'insécurité internationale croissante tout comme le démontre la crise de la péninsule coréenne toute proche.

Pourquoi le Japon semble-t-il si détaché des affaires internationales ? Le Japon s'appuie depuis plus de cinquante ans sur les États-Unis presque exclusivement pour sa propre défense et le gouvernement japonais pense foncièrement qu'il n'a pas d'autre choix que de soutenir le gouvernement américain ou de garder le silence.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/sz2ErbW/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.