L’essor des robots

BERKELEY – Pendant des décennies, les prévisions faisaient état que l’essor des technologies informatiques et robotiques toucherait inévitablement notre mode de vie. D’un côté se trouvent les avertissements que les robots remplaceront les humains dans l’économie, détruisant des vies, particulièrement chez les personnes peu qualifiées. Et d’autres anticipent avec enthousiasme que l’utilisation des robots élargira les perspectives économiques, car la productivité en sera rehaussée ou bien que seuls les emplois indésirables disparaîtront. L’investisseur en capital de risque Peter Thiel, qui vient de se joindre au débat, adhère aux positions du dernier camp et affirme que les robots nous sauveront d’un avenir où régneraient les prix élevés et les petits salaires.

Pour savoir quel camp détient la vérité, il faut, d’abord et avant tout, comprendre les six façons dont l’humanité a créé de la valeur au cours de son histoire : en utilisant ses pieds, ses mains, sa bouche, son système nerveux, ses sourires et son cerveau. Nos pieds et d’autres grands muscles transportent les choses qui ont besoin d’être déplacées pour que nos mains puissent les façonner sous des formes utiles. Notre système nerveux régule les activités routinières, coordonnant les travaux des pieds avec ceux des mains. Nos bouches, en fait nos mots, qu’ils soient parlés ou écrits, nous permettent de nous informer et de nous divertir les uns les autres. Nos sourires nous aident à tisser des liens avec d’autres personnes, faisant en sorte que nous ramons tous, grosso modo, dans la même direction. Finalement, notre pensée – à savoir notre curiosité et notre créativité – nous permet de repérer des problèmes intéressants et importants afin de les résoudre.

Thiel, pour sa part, réfute l’argument – souvent avancé par les détracteurs de l’ère robotique – que les répercussions de l’intelligence artificielle et de la robotique avancée sur la main-d’œuvre suivront le même chemin que la mondialisation a pris pour léser la classe ouvrière des pays avancés. La mondialisation a surtout fait mal aux travailleurs qualifiés dans des pays comme les États-Unis, car elle a permis à des gens peu qualifiés de pays éloignés de les concurrencer sur les emplois faisant appel aux pieds et aux mains dans la division du travail. Puisque ces nouveaux concurrents n’exigeaient que de bas salaires, le choix était évident pour un grand nombre d’entreprises.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To continue reading, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you are agreeing to our Terms and Conditions.

Log in

http://prosyn.org/CxqNH5n/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.