Le dilemme des rançons

PRINCETON – Quiconque ne partage pas l’idéologie du prétendu « État islamique » d’Irak et de Syrie sera d’accord pour condamner l’atrocité avec laquelle les partisans de ce groupe décapitent ceux qu’ils retiennent en otage. La question divise en revanche s’agissant des décisions secrètes consistant pour certains gouvernements européens à verser une rançon à ces groupes terroristes afin que ceux-ci libèrent leurs ressortissants. 

Bien que les otages de l’État islamique présentent diverses nationalités, le groupe compte à ce jour parmi les victimes de décapitation des citoyens exclusivement américains et britanniques. L’unique otage européen ayant semble-t-il été directement exécuté par l’État islamique n’est autre que le Russe Sergey Gorbunov, au sujet duquel peu d’informations existent. Aucun proche ou parent de Gorbunov ne s’est manifesté, et aucune vidéo de sa mort n’a été publiée. Les dirigeants russes ont par ailleurs publiquement émis des doutes quant à sa citoyenneté russe.

Par opposition, l’État islamique a jusqu’à présent libéré 15 otages, parmi lesquels des ressortissants d’Italie, de France, de Suisse, du Danemark et d’Espagne.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/Adzlw1r/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.