L’Ukraine sera-t-elle la prochaine ?

LONDRES – La guerre en Géorgie a manifestement mis au jour l’isolement de la région environnante, ainsi qu'une multitude de points sensibles. La décision hâtive de la Russie de reconnaître l’« indépendance » de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie a sonné comme un avertissement pour les pays voisins et avivé les spéculations sur qui serait le prochain – et comment empêcher la Russie de reproduire le « précédent » du Kosovo sur d'autres pays de l'ex-Bloc soviétique.

L’Union européenne, qui s’est imposée comme médiatrice du conflit, doit traiter une multitude de priorités en Géorgie. Elle doit aussi se demander comment renforcer son engagement en matière de sécurité, de démocratie et de prospérité dans le « voisinage » européen. La solution européenne la plus efficace pour faire face à une Russie forte d’un aplomb nouveau sera de refuser collectivement une Europe bipolaire comportant deux sphères d'influence : celles de la Russie et de l’UE.

Il faut commencer par l'Ukraine. Le sommet UE/Ukraine qui se tiendra le 9 septembre prochain à Évian sera l'occasion idéale.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To access our archive, please log in or register now and read two articles from our archive every month for free. For unlimited access to our archive, as well as to the unrivaled analysis of PS On Point, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/6WZp52R/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.