0

L'Inde est-elle prête à convertir complètement sa devise ?

Il est fort probable que l'audace politique manifestée par l'Inde dans sa recherche de la paix avec le Pakistan afin de mettre fin à leur affrontement nébuleux d'un demi-siècle pour la conquête du Cachemire soit égalée par des initiatives économiques tout aussi hardies. En effet, l'Inde progresse lentement vers une réforme réellement courageuse : la convertibilité internationale complète de la roupie. Cette convertibilité affectera non seulement le développement économique de l'Inde, mais donnera une leçon de choses à la Chine qui réfléchit à la convertibilité dans les années à venir.

Depuis 1991, l'Inde oscille entre la dévaluation de la roupie et la convertibilité complète, la Banque de Réserve de l'Inde (BRI) assouplissant plusieurs contrôles des changes. Les Indiens résidents peuvent désormais posséder un compte en devises et investir dans les actions des entreprises étrangères, tandis que les Indiens non résidents peuvent rapatrier des legs/capitaux de succession. Les entreprises indiennes côtées sur les bourses étrangères peuvent acquérir des biens immobiliers dans des pays étrangers et les entreprises résidentes sont habilitées à payer d'avance la dette commerciale externe jusqu'à concurrence de 100 millions de dollars. Les limites placées sur les comptes en devises des exportateurs sont supprimées et les banques peuvent investir dans les marchés des capitaux et monétaires outre-mer.

L'Inde est-elle prête pour une convertibilité complète ? Le gouvernement a toujours du retard en matière de réformes économiques nationales. Les réformes structurelles et les privatisations se sont ralenties, minant la confiance des investisseurs. Mais cette incapacité à aborder les problèmes structurels risque d'exposer l'économie à des chocs externes sur le long terme.

Il serait donc prématuré que l'Inde ouvre son compte de capital immédiatement. La stabilité des cours du change constitue le point d'ancrage majeur lorsque le processus de réforme d'un pays a commencé. Il demeure toutefois peu probable que la convertibilité du compte de capital possède un impact significatif sur le taux de croissance d'un pays.