Comment défendre l'Irak divisé

OXFORD – Les États-Unis et leurs alliés font face à un nouveau défi politique majeur en Irak. Les frappes aériennes contre l'État islamique pourraient bien déloger les combattants du groupe dans certaines zones critiques. Mais en l'état actuel des choses, des troupes seront nécessaires pour tenir et gouverner les territoires libérés.

Sécuriser l'Irak implique donc un déploiement militaire impressionnant sur place : c'est pour cette raison que la stratégie du Président américain Barack Obama comprend la reconstruction de l'armée irakienne. Mais ce faisant, il faudra surmonter trois obstacles interdépendants : l'inexpérience militaire des chefs militaires irakiens, la corruption et le clientélisme et enfin l'ambiguïté quant à l'étendue de l'aide extérieure.

Lorsque des États s'effondrent, leurs éléments constitutifs héritent parfois de forces armées suffisamment compétentes pour maintenir un niveau minimal de gouvernance. Ceci est plus souvent le cas lorsqu'un État se décompose à la suite d'un conflit armé, dans lequel la stabilité dépend du cas de figure où les meilleurs chefs militaires sont autorisés à rester en place.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles from our archive every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/QCdzGWP/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.