President Dilma Rousseff Igo Estrela/Stringer/Getty Images

Comment sauver le Brésil

SAO PAULO – La crise politique au Brésil semble approcher d’un dénouement. Maintenant que la chambre des députés du Congrès national a voté en faveur de la destitution de la présidente Dilma Rousseff, pour avoir maquillé les comptes publics, les 81 sénateurs devront prochainement se prononcer sur un procès formel de destitution de la présidente. Si plus de la moitié d’entre eux votent en ce sens, elle sera mise à l’écart pendant 180 jours, période pendant laquelle la présidence sera assurée par le vice-président Michel Temer. Si le Sénat n’approuve pas la destitution à une majorité des deux tiers, Rousseff retournera à ses fonctions. Mais l’issue la plus probable est que Temer exercera la présidence pendant les deux dernières années du mandat de Rousseff.

Quelle que soit le dénouement de la crise, le Brésil n’est pas tiré d’affaire. Sa situation économique est désastreuse – un résultat direct des politiques populistes mises en place par le prédécesseur de Rousseff, le président Luiz Inacio Lula da Silva, et qu’elle a poursuivies. Au début des années 2000, le gouvernement Lula, profitant d’un énorme apport de liquidités lié au boom des matières premières, a mis en place un programme de crédits subventionnés à l’intention des consommateurs et des entreprises, maintenant les prix de l’énergie artificiellement bas et portant les dépenses publiques à plus du double du taux de croissance du PIB, avec pour résultat une envolée de la dette publique, actuellement à 70 pour cent du PIB, et un déficit croissant, qui atteint aujourd’hui près de 11 pour cent du PIB.

Au lieu de reconnaître le problème et de prendre les mesures appropriées, Rousseff aurait eu recours à des subterfuges comptables douteux qui donnaient selon toutes apparences les moyens au gouvernement d’atteindre son objectif en matière d’excédent primaire sans réduire les prestations sociales, alors que les prix des matières premières chutaient. Cette tactique lui a permis d’être réélue en 2014 – et la mène aujourd’hui sur la voie de la destitution. (L’énorme scandale de corruption, dans lequel est impliqué Petrobras, la compagnie pétrolière d’État, supervisée par Dilma Rousseff alors qu’elle était ministre de l’Énergie, lui porte également préjudice).

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/HsgE4Lw/fr;
  1. China corruption Isaac Lawrence/Getty Images

    The Next Battle in China’s War on Corruption

    • Chinese President Xi Jinping knows well the threat that corruption poses to the authority of the Communist Party of China and the state it controls. 
    • But moving beyond Xi's anti-corruption purge to build robust and lasting anti-graft institutions will not be easy, owing to enduring opportunities for bureaucratic capture.
  2. Italy unemployed demonstration SalvatoreEsposito/Barcroftimages / Barcroft Media via Getty Images

    Putting Europe’s Long-Term Unemployed Back to Work

    Across the European Union, millions of people who are willing and able to work have been unemployed for a year or longer, at great cost to social cohesion and political stability. If the EU is serious about stopping the rise of populism, it will need to do more to ensure that labor markets are working for everyone.

  3. Latin America market Federico Parra/Getty Images

    A Belt and Road for the Americas?

    In a time of global uncertainty, a vision of “made in the Americas” prosperity provides a unifying agenda for the continent. If implemented, the US could reassert its historical leadership among a group of countries that share its fundamental values, as well as an interest in inclusive economic growth and rising living standards.

  4. Startup office Mladlen Antonov/Getty Images

    How Best to Promote Research and Development

    Clearly, there is something appealing about a start-up-based innovation strategy: it feels democratic, accessible, and so California. But it is definitely not the only way to boost research and development, or even the main way, and it is certainly not the way most major innovations in the US came about during the twentieth century.

  5. Trump Trade speech Bill Pugliano/Getty Images .

    Preparing for the Trump Trade Wars

    In the first 11 months of his presidency, Donald Trump has failed to back up his words – or tweets – with action on a variety of fronts. But the rest of the world's governments, and particularly those in Asia and Europe, would be mistaken to assume that he won't follow through on his promised "America First" trade agenda.