Les sans domicile fixe d’Irak

Selon les représentants américains, le nombre de massacres sectaires et autres a diminué en Irak depuis le début du « grand élan » militaire. Mais si ces dires sont vrais, cela signifie-t-il pour autant que l'Irak est un pays plus sûr ?

Là-bas, l'insécurité se manifeste surtout par le nombre de personnes qui fuient leurs foyers. Les Nations unies estiment que, depuis juillet, elles seraient 60 000 de plus chaque mois. D’après les meilleures estimations, environ 16 % de la population irakienne, soit un Irakien sur six, ne vivent plus chez eux.

Près de la moitié de ceux qui ont fui sont également partis du pays – ce qui représente deux millions de réfugiés. Cela signifie aussi que deux autres millions de personnes ont été déplacées à l'intérieur même du pays, et qu’une catastrophe humanitaire se dessine.

To continue reading, please log in or enter your email address.

To read this article from our archive, please log in or register now. After entering your email, you'll have access to two free articles every month. For unlimited access to Project Syndicate, subscribe now.

required

By proceeding, you agree to our Terms of Service and Privacy Policy, which describes the personal data we collect and how we use it.

Log in

http://prosyn.org/X2VOuhq/fr;

Cookies and Privacy

We use cookies to improve your experience on our website. To find out more, read our updated cookie policy and privacy policy.