Hillary Clinton Niu Xiaolei/ZumaPress

Trois rencontres avec Hillary Clinton

PARIS – Juillet 2004. Boston. Un restaurant du centre de la ville où la journaliste Tina Brown a invité, autour de Hillary Rodham Clinton, une brochette de personnalités parmi lesquelles Carolyn Kennedy, le cinéaste Michael Moore ou le vieux sénateur McGovern. Ce qui frappe, immédiatement, c’est la juvénilité d’allure de la Sénatrice. Ce sont ses rires frais. Ses yeux bleus, un peu trop ronds, qui vous fixent avec curiosité. Et puis, parfois, très vite, passe une ombre dans le regard qui dit une souffrance tue, têtue et pas tout à fait contenue. Elle a été, cinq ans plus tôt, la femme la plus humiliée d’Amérique. Elle est celle dont le monde entier a scruté, et scrute encore, les émotions, les réactions, l’intimité, les draps de lit. Alors, elle peut bien parler politique nationale ou internationale. Elle peut vanter les mérites de John Kerry que son Parti vient d’investir pour tenter de barrer la route à George W. Bush en quête d’un second mandat. Elle peut développer, à volonté, sa conception du métier de sénateur de l’Etat de New York dont elle feint de se contenter. Il y a une idée, politiquement peu correcte, qu’il est impossible de ne pas laisser venir à l’esprit et que je ne résiste pas, moi, en tout cas, à la tentation de consigner dans le journal de bord que publie l’« Atlantic Monthly ». A la fois pour venger son mari et se venger de lui, pour laver l’affront familial et montrer ce que peut être une présidence Clinton sans tâche (Philip Roth vient de publier son formidable roman « La Tache »…) cette femme sera, un jour ou l’autre, candidate à la présidence des Etats-Unis ; elle ambitionnera d’entrer, à son tour, dans ce maudit bureau ovale qui a été le théâtre de son malheur intime, extime et planétaire ; et le plus probable – c’était la conclusion de mon article - est qu’elle y parviendra.

Mars 2011. Paris. Hotel Westin. La Sénatrice est devenue Secrétaire d’Etat de Barack Obama. Elle a dominé de son aura nouvelle le Sommet du G8 dont la France est le pays hôte et qui vient juste de s’achever. Il est 22h. Je l’attends, au pied de l’ascenseur de l’hôtel, avec Mahmoud Jibril, l’un des chefs de l’insurrection libyenne venu, tout spécialement, plaider la cause de son peuple. «Je vous croyais en Libye, s’exclame-t-elle en me voyant ! – Justement, dis-je, en désignant Jibril, j’en arrive… - Dans un camion de légumes, vraiment ? Avec lui ? » Elle part d’un de ces grands éclats de rire dont j’avais remarqué, à Boston, qu’ils lui remontent les pommettes qu’elle a déjà, naturellement, très hautes. Puis, soudain plus grave, accompagnée d’un homme que je vois pour la première fois et qui n’est autre que le jeune ambassadeur, futur martyr du jihadisme, Christopher Stevens, elle entraîne Mahmoud Jibril jusqu’à son appartement pour un entretien qui durera presque une heure. Jibril, quand il en ressort, est persuadé que la conversation s’est mal passée. Il grogne qu’elle n’a pas desserré les lèvres, qu’il a donc été mauvais et que son plaidoyer pour les civils que les Kadhafi père et fils ont promis de noyer dans des rivières de sang, n’a visiblement pas fonctionné. En réalité, si. La Secrétaire d’Etat a été bouleversée, au contraire, par le tableau qu’il a brossé. Elle a été saisie par l’horreur de ces tanks fondant sur Benghazi dans le moment même où on lui en faisait le récit. Et c’est elle qui, sans rien laisser paraître, sur l’instant, de ses sentiments privés, saura, dans les heures qui suivent, convaincre le Président de ne surtout pas suivre le non-interventionniste Secrétaire à la Défense, Robert Gates. Emotion et sang-froid. Humanité, pitié – et, pourtant, un sens aigu de la discipline de fer requise par unr gouvernementalité bien menée. Les deux réflexes qui, ce jour-là, révèlent l’impeccable femme d’Etat.

Février 2012. Washington DC. Une salle de réunion lambrissée au dernier étage du Département d’Etat. La guerre de Libye est finie. J’achève, moi-même, le tournage du film que je lui ai consacré. Et je suis venu, comme je l’ai fait pour Sarkozy et Cameron, recueillir son témoignage. C’est le moment, toujours passionnant, des bilans et du regard éloigné. Et c’est celui où les acteurs du drame, qui avaient parfois opéré en secret, retournent leurs dernières cartes. Hillary se livre de bonne grâce à l’exercice. Elle revient sur son entretien avec Jibril, évoque telle conversation inconnue à la Maison Blanche ou à L’Elysée. Elle se rappelle tout et ne regrette rien. Elle a le sentiment, en agissant comme elle l’a fait, d’avoir été fidèle au meilleur de ses valeurs et de son credo. Et elle n’a aucun doute sur le fait que les Occidentaux ont, en répondant à l’appel de la Ligue Arabe les adjurant d’intervenir, évité un Srebrenica nord-africain. Ce qui me frappe c’est qu’elle voit poindre, en revanche, les conflits tribaux et la surenchère à la pureté des futurs islamistes. C’est qu’elle s’inquiète des premières atteintes aux droits de l'homme et, surtout, des femmes qu’elle sent venir. Et c’est qu’elle ne se fait guère d’illusions sur le fait que rien, en Histoire, ne se fait jamais comme la raison le veut. Il faut du temps, dit-elle, pour bâtir un Etat et construire une démocratie. Il y faut un mélange de pragmatisme et de foi, de patience et d’audace, de respect des autres et de soi. Sa contribution à la fin d’un règne dont elle ignore, alors, qu’elle ne sera pas ? Son programme pour une présidence Hillary dont elle aurait esquissé là, à grands traits, l’ambition ? Une chose est sûre : de ces trois rendez-vous, c’est celui où je l’ai trouvée la plus ardente, la plus forte - la plus habitée par le sens, et le goût, de la grande pastorale américaine.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/TukcR4P/fr;
  1. Patrick Kovarik/Getty Images

    The Summit of Climate Hopes

    Presidents, prime ministers, and policymakers gather in Paris today for the One Planet Summit. But with no senior US representative attending, is the 2015 Paris climate agreement still viable?

  2. Trump greets his supporters The Washington Post/Getty Images

    Populist Plutocracy and the Future of America

    • In the first year of his presidency, Donald Trump has consistently sold out the blue-collar, socially conservative whites who brought him to power, while pursuing policies to enrich his fellow plutocrats. 

    • Sooner or later, Trump's core supporters will wake up to this fact, so it is worth asking how far he might go to keep them on his side.
  3. Agents are bidding on at the auction of Leonardo da Vinci's 'Salvator Mundi' Eduardo Munoz Alvarez/Getty Images

    The Man Who Didn’t Save the World

    A Saudi prince has been revealed to be the buyer of Leonardo da Vinci's "Salvator Mundi," for which he spent $450.3 million. Had he given the money to the poor, as the subject of the painting instructed another rich man, he could have restored eyesight to nine million people, or enabled 13 million families to grow 50% more food.

  4.  An inside view of the 'AknRobotics' Anadolu Agency/Getty Images

    Two Myths About Automation

    While many people believe that technological progress and job destruction are accelerating dramatically, there is no evidence of either trend. In reality, total factor productivity, the best summary measure of the pace of technical change, has been stagnating since 2005 in the US and across the advanced-country world.

  5. A student shows a combo pictures of three dictators, Austrian born Hitler, Castro and Stalin with Viktor Orban Attila Kisbenedek/Getty Images

    The Hungarian Government’s Failed Campaign of Lies

    The Hungarian government has released the results of its "national consultation" on what it calls the "Soros Plan" to flood the country with Muslim migrants and refugees. But no such plan exists, only a taxpayer-funded propaganda campaign to help a corrupt administration deflect attention from its failure to fulfill Hungarians’ aspirations.

  6. Project Syndicate

    DEBATE: Should the Eurozone Impose Fiscal Union?

    French President Emmanuel Macron wants European leaders to appoint a eurozone finance minister as a way to ensure the single currency's long-term viability. But would it work, and, more fundamentally, is it necessary?

  7. The Year Ahead 2018

    The world’s leading thinkers and policymakers examine what’s come apart in the past year, and anticipate what will define the year ahead.

    Order now