Mettre au vert la Banque Européenne d’Investissement


BRUXELLES – Depuis quatre ans, la Banque Européenne d’Investissement (BEI) – la banque maison de l’Union Européenne – a prêté 48 milliards d’euros (62 milliards de dollars) pour financer des projets énergétiques partout dans le monde. En effet, la BEI prête plus au secteur de l’énergie qu’à n’importe quel autre secteur, à l’exception des transports (et l’ensemble de son portefeuille de prêts, de 72 milliards d’euros en 2010, en a fait le plus gros prêteur, devant la Banque Mondiale).

Des investissements de cette échelle peuvent aider les pays partout dans le monde à produire les efforts indispensables à la réduction des émissions de gaz à effet de serre à une époque où les solutions politiques fondées sur des accords internationaux demeurent élusives. Malheureusement, les priorités de prêts de la BEI et son portefeuille d’investissements dans l’énergie aggravent le problème.
La BEI a adopté en 2007 sa première politique en faveur de l’énergie – « Une énergie propre pour l’Europe : une contribution renforcée de la BEI. » Depuis lors, la banque a augmenté de manière significative ses prêts en faveur des énergies renouvelables, lesquels ont totalisé 13 milliards d’euros entre 2007 et 2010.
Mais au cours de cette même période, la Banque a compromis cette performance en consacrant 16 milliards d’euros (21 milliards de dollars) en lignes de crédit pour des projets d’énergies fossiles, soit un tiers du total des prêts de l’institution en faveur de l’énergie. En effet, les prêts pour les énergies fossiles de la BEI sont passés de 2,8 milliards d’euros en 2007 à 5 milliards d’euros en 2010, entre autre pour de nouvelles usines de charbon en Allemagne et en Slovénie.
Dans les nouveaux états de l’UE, la BEI a principalement soutenu des énergies à haute intensité de gaz carbonique, ce qui piège ces pays dans des systèmes énergétiques non renouvelables. La BEI a aussi consenti des prêts en Afrique du nord et en Syrie pour un montant de 1,6 milliard d’euros en faveur des énergies fossiles entre 2007 et 2010, ce qui représente 30% du total des prêts dans la région.


Ne vous méprenez pas : ce sont des investissements à long terme. Les infrastructures énergétiques construites aujourd’hui seront utilisées au moins pendant quarante ans, liant ainsi les pays à la voie du carbone. En Slovénie, par exemple, si le gouvernement met en œuvre les objectifs climatiques européens, la nouvelle unité de lignite de Sostanj financée par la BEI consumera la majeure partie des quotas d’émissions de CO2 du pays d’ici 2050. Pendant ce temps, la BEI n’investit seulement que 5% de son portefeuille énergétique en faveur de programmes pour les énergies durables.

To continue reading, please log in or enter your email address.

Registration is quick and easy and requires only your email address. If you already have an account with us, please log in. Or subscribe now for unlimited access.

required

Log in

http://prosyn.org/t2hV1uJ/fr;
  1. Patrick Kovarik/Getty Images

    The Summit of Climate Hopes

    Presidents, prime ministers, and policymakers gather in Paris today for the One Planet Summit. But with no senior US representative attending, is the 2015 Paris climate agreement still viable?

  2. Trump greets his supporters The Washington Post/Getty Images

    Populist Plutocracy and the Future of America

    • In the first year of his presidency, Donald Trump has consistently sold out the blue-collar, socially conservative whites who brought him to power, while pursuing policies to enrich his fellow plutocrats. 

    • Sooner or later, Trump's core supporters will wake up to this fact, so it is worth asking how far he might go to keep them on his side.
  3. Agents are bidding on at the auction of Leonardo da Vinci's 'Salvator Mundi' Eduardo Munoz Alvarez/Getty Images

    The Man Who Didn’t Save the World

    A Saudi prince has been revealed to be the buyer of Leonardo da Vinci's "Salvator Mundi," for which he spent $450.3 million. Had he given the money to the poor, as the subject of the painting instructed another rich man, he could have restored eyesight to nine million people, or enabled 13 million families to grow 50% more food.

  4.  An inside view of the 'AknRobotics' Anadolu Agency/Getty Images

    Two Myths About Automation

    While many people believe that technological progress and job destruction are accelerating dramatically, there is no evidence of either trend. In reality, total factor productivity, the best summary measure of the pace of technical change, has been stagnating since 2005 in the US and across the advanced-country world.

  5. A student shows a combo pictures of three dictators, Austrian born Hitler, Castro and Stalin with Viktor Orban Attila Kisbenedek/Getty Images

    The Hungarian Government’s Failed Campaign of Lies

    The Hungarian government has released the results of its "national consultation" on what it calls the "Soros Plan" to flood the country with Muslim migrants and refugees. But no such plan exists, only a taxpayer-funded propaganda campaign to help a corrupt administration deflect attention from its failure to fulfill Hungarians’ aspirations.

  6. Project Syndicate

    DEBATE: Should the Eurozone Impose Fiscal Union?

    French President Emmanuel Macron wants European leaders to appoint a eurozone finance minister as a way to ensure the single currency's long-term viability. But would it work, and, more fundamentally, is it necessary?

  7. The Year Ahead 2018

    The world’s leading thinkers and policymakers examine what’s come apart in the past year, and anticipate what will define the year ahead.

    Order now